A peine arrivé devant le musée, tu es accueilli par le "Puppy" XXL de Jeff Koons. Haut de 30 mètres, il est entièrement réalisé en pensées (les fleurs, hein, banane, pas les méditations, sinon, ça rendrait moyen en photo) et déjà, j'teuldis, t'es grave impressionné.

musee3

(regarde moi cette météo festive...)

Le bâtiment conçu par Frank Gehry (j'ai révisé avant) se déploie en sortes d'épis et d'ondulations. Un assemblage de courbes, et d'arêtes, une sorte de paquebot façon origami, ou de rubik's cube déployé dont on verrait toutes les faces d'un coup, un rubik's cube "cubiste", quoi. (Là, c'est moi qui te fais le commentaire composé. C'est ultra subjectif comme interprétation, alors, t'en fais cque tu veux.)

musee_gros_plan1

musee_gros_plan2

Le ciel est plombé, ça gâche un peu l'effet "écailles miroitantes" que devrait donner la coque du bâtiment, mais c'est pas grave, c'est beau quand même. Il y a de l'eau tout autour pour jouer encore plus avec les reflets.

musee_gros_plan4

De l’autre côté du musée, au bord du canal, une des araignées gigantesques de Louise Bourgeois est posée là. Au milieu des lignes pures et acérées de la coque du musée et des arcs rouges de Burren qui surplombent le pont de la Salva, ses pattes de bronze paraissent encore plus torturées et chancelantes.

musee_pont_araign_e

Sur une des terrasses est présentée une œuvre de Jeff Koons,"Tulips", sauf que moi, ça me fait plus penser à 6 énormes cerises irisées ou 6 Chupa-Chups aux goûts acidulés qui auraient un peu fondu au soleil... (sauf que là, il pleuvait. pas l'ombre d'une miette d'un rayon de soleil, rien, nada, que dalle, tu peux t'brosser). Là encore les jeux de miroirs entre les différentes surfaces auraient été bien plus marquants si le soleil avait daigné se montrer...

musee_koons1

A l’intérieur du musée, plus moyen de prendre de photo sous peine de finir en prison... c'est dommage, parce que c'est beau. Il y a des passerelles partout, des parties vitrées et ondulantes qui ouvrent des perspectives sur le canal. Des dédales, des recoins. des escaliers en spirales. Bref, à l'intérieur, comme à l'extérieur, ça ondule comme un ruban en 3D.

D'ailleurs, dans la plus grande salle, Richard Serra, expose d'immenses rubans d'acier, des spirales, des arcs de cercle, des plans inclinés qui défient les lois de la gravité, et donnent vaguement le vertige. On circule à travers comme des enfants dans un labyrinthe Disney...On fait glisser nos mains le long des parois, on apprécie le velouté de la rouille, les zones plus lisses et patinées, et on écoute l'écho de nos voix qui rebondit entre les blocs d'acier. Expérience étonnante, jte le conseille, les gens.

the_matter_of_time

Richard Serra (San Francisco, United Estates, 1939) La matière du temps*Guggenheim Bilbao Museoa

Ensuite, on parcourt les salles dédiées aux expos temporaires:

celle de Cai Guo-Qiang qui présente d'immenses dessins réalisés à la poudre à canon, impressionnants, mais aussi des sculptures et des installations plutôt angoissantes, mêlant des voitures en explosion, des paysans martyrisés et des hordes de loups s'écrasant sur une baie vitrée...

et évidemment, celle de Murakami, le king du style "superflat" empreint de culture pop manga kawaii. (oui,oui, j'étais un peu venue pour lui, tu m'as démasquée, les gens.) Et puis, faut dire qu'après les explosions et la vision tragique du monde de Cai, un peu de couleurs pop, ça adoucit la rétine et ça repose le cerveau.

D'ailleurs, histoire de bien te préparer la rétine justement, j'avais oublié de te dire que l'œuvre de Murakami avait envahit Bilbao: des ribambelles de fleurs hilares, aux cernes parfaits et aux couleurs glossy se sont emparées des vitrines de la ville pour annoncer la rétrospective de l'artiste, regarde:

musee_murakami1

C'est exprès que je ne te parlerai pas des imprimés qu'il a réalisés pour Vuitton. On les as vus partout de toute façon. Je suis acro aux sacs, c'est vrai, mais les sacs monogrammés ou avec des logos XXL en plaqué or, ça me hérisse le poil. donc, concentrons-nous sur la seule photo que j'ai pu prendre à l'intérieur du musée, comme une vraie punk, au péril de ma vie, à l'arrache, même pas cadrée ni rien:

tadaaam!

musee_murakami2

Jte montre quand même quelques photos trouvées sur le net, pour que tu puisses te faire une idée, mais de toute façon, ses sculptures sont vraiment intéressantes à voir en VRAI.

*déclinaisons de champignons psychédéliques et de personnages zarbis, si tu as envie de chanter,"chapi chapo togodo, chapo chapi tigidi", c'est normal, les gens, ça m'l'a fait à moi aussi.

dob_strange_forest_99

DOB dans l´étrange forêt (DOB in the Strange Forest), 1999
FRP, résine, fibre de verre, acrylique et fer
304,8 x 304,8 x 127 cm 
Courtoisie de la Marianne Boesky Gallery, New York
Photo : Kazuo Fukunaga


*des peintures (ici une sorte de triptyque dont le fond matière patiné et travaillé par couches successives me rappelle les paysages brumeux des estampes japonaises, sauf qu'ici, pas de samouraïs ou de cerisier en fleurs, mais un motif  "Mister DOB" apposé à l'acrylique dans le pur style superflat. J'ai adoré la combinaison des deux: un mix terrible de tradition et de pop culture.)

1936page22_23

               

727-727, 2006
Acrylique sur toile marouflé sur panneau
300 x 450 x 7 cm
The Steven A. Cohen Collection
Courtoisie de Blum & Poe, Los Angeles ©2006 Takashi Murakami/Kaikai Kiki Co., Ltd. Tous droits réservés.

*la projection des deux dessins animés qu'il a créés et qui mettent en scène ses 2 personnages fétiches Kaikai et Kiki. ("Semer les graines", était franchement pas mal...)

kaikaikiki

*et enfin, la projection du clip qu'il a réalisé pour le titre "Good morning" de Kanye West. Pour un réveil funky groovy, jte conseille de cliquer, parce que ce clip est plutôt réussi:

kanyewestMURAKAMI

Voilà, les gens, le cours d'histoire de l'art est fini.

Tu peux reprendre une activité normale.

Demain, petit veinard, je t'amène à la plage, ahou tchatchatcha.

NB: Toi, ça t'a pris 5 minutes pour parcourir ce post, allez, 10, si tu as eu la curiosité de cliquer sur les liens, tandis que nous, on a passé 4 bonnes heures au musée, et c'était épuisant, crois-moi. Et je compte pas les 3 heures passées à te peaufiner ce post aux ptis oignons, avec moult liens avisés et moult impressions agrémentées de métaphores bien senties et ce, dans l'unique but de te faire partager au mieux cette visite. Ouais, je sais, c'est beau. nan, dis pas merci, ça m'fait plaisir.